sonas

ESU : La faculté de « Santé publique » s’ouvre à l’Université Simon Kimbangu

facebook twitter linkedin whatsapp

A côté des facultés de Médecine humaine, Sciences agronomiques, Environnement et développement rural, Droit, Sciences économiques et Gestion, Sciences informatiques, Sciences sociales, Administrations et Politiques et Théologie, l’Université Simon Kimbangu ouvre une huitième faculté à partir de l’année académique 2022-2023. Il s’agit de la faculté de Santé publique avec plusieurs filières de formation dont Santé numérique, Santé publique, Bioéthique, Bio statistique, Épidémiologie, Gestion et politiques de santé…

Du nouveau à l’Université Simon Kimbangu (USK) Une nouvelle filière de formation s’ouvre au sein de cette Alma Mater. Et cela, à l’initiative de l’actuel comité de gestion que dirige le professeur Blaise Muya Mayoyi Musangu. Il s’agit de la faculté de Santé publique, avec entre autres filières, Santé numérique, Santé publique, Bioéthique, Bio statistique, Épidémiologie, Gestion et politiques de santé, Évaluation, Hygiène du travail, Promotion de la santé.

La santé publique a pour objectif, explique le recteur Blaise Muya, d'agir sur tout ce qui influence directement ou indirectement la santé des populations au quotidien : tabagisme, vaccination, gestion des catastrophes, organisation des services de santé, pollution, éthique…

La santé publique est un ensemble de disciplines qui visent à maintenir la bonne santé d'une population. Les professions de la santé publique se situent au niveau de la surveillance, de la prévention, de la détection et du contrôle des maladies et de leurs facteurs de risque au niveau collectif.

S’agissant des débouchés de la filière, il faut retenir que les professionnels qui valideront le programme de Master en Santé publique pourront assumer des fonctions dans des postes tels que l’administration de santé publique, l’administration de santé dans les entités privées, la gestion des services médicaux et sociaux, la recherche dans les entités publiques et privées, l’enseignement.

Le détenteur d’un Master peut exercer comme chargé de mission/chargé d'études en évaluation des risques sanitaires d'origine environnementale et des conditions de travail, chef de projet santé environnement travail, ingénieur d'études/de recherche santé environnement travail, évaluateur de risques en santé environnement travail.

De même, il peut travailler dans l’administration publique (ministères, administration provinciale de la santé, Bureau de district sanitaire, Programme de santé), structures des soins (Hôpital régional, Hôpital de district, Hôpital privé), ONG locales ou internationales, organisations sous régionales, régionales, internationales.

Pour devenir praticien de santé publique, il faut compter au moins 6 années d'études supérieures après l'obtention du bac (bac scientifique recommandé). D'abord, il faut être inscrit à l'Ordre d'une profession médicale et donc obtenir un diplôme d'Etat dans cette discipline.

L'Université Toulouse 1 est la première du classement de meilleurs masters en sciences et santé, avec un taux de 91%. Viennent ensuite l'Université de Saint-Quentin-en-Yvelines (87,8%) puis l'Université du Littoral Côte d'Opale (85,6%).

Pour rappel, l’actuel comité de gestion qui travaille au rayonnement de l’Université Simon Kimbangu de Bongolo est celui du Professeur Dr Blaise Muya Mayoyi Musangu (Recteur), le Professeur Dr Mana Mbumba Evariste (Secrétaire général académique), Assistant Charles Kisolokele Kiangani Tracy (Secrétaire général administratif et financier) et le chef de travaux Eric Mugurwa (Administrateur de budget).

Cellcom USK


LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaires (0)

  • Agustin Ortiz
    hace 20 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?
  • Lorena Rojero
    hace 10 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?