sonas

EPST : Le ministre Mwaba dote la Force navale d'une école moderne et réhabilite les écoles du camp Lufungula

facebook twitter linkedin whatsapp

Le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire (EPST), Tony Mwaba, a effectué une visite dans les écoles primaires du Camp Lufungula et de la Force Navale. A l'issue de cette visite, le ministre Mwaba, sous l’impulsion du gouvernement des Warriors, a décidé de doter la Force navale d'une école moderne. Il a en même temps de décidé de la réhabilitation des écoles primaires Lufungula 1,2,3,4 et 5, lesquelles se trouvaient dans un état de délabrement très avancé.

Au Camp Lufungula dans la commune de Lingwala, Tony Mwaba Kazadi a débuté sa visite par l'EP5, où il a effectué une ronde dans les salles de classes ; question de s'imprégner des conditions d'apprentissage des élèves dans cet établissement scolaire. De cette ronde s’est dégagé un constat très amer : « l'école se trouve dans un état de délabrement très avancé ».

Le ministre de l'EPST a ensuite poursuivi sa visite vers les autres directions, question de sa faire une idée précise de la situation.

A l’issue de cette visite, Tony Mwaba Kazadi a déclaré ce qui suit : « J'ai été alerté par les dépendants des militaires et des policiers, qui étaient venus hier au cabinet pour dire merci au chef de l'Etat à la suite de la mise en application de la disposition constitutionnelle relative à la gratuité de l'enseignement primaire. Ils ont profité de la circonstance pour poser les problèmes qui concernent les écoles situées dans les camps militaires et de policiers ; lesquelles sont dans un état de délabrement très avancé. J'ai commencé par l'EP Fungula, avec l'EP 5. Là, on ne peut même pas parler dans un état de délabrement. Donc, dans un bâtiment qui représente un grand danger pour les élèves, lequel peut s'écrouler à tout moment, car ce n’est pas un cadre idéal pour les enseignements et apprentissages pour des enfants. Alors, il fallait descendre pour trouver la solution, c'est-à-dire envisager urgemment d'abord le redéploiement de ces élèves vers une autre école de proximité. C'est pourquoi, on est ici et je pense qu'il y a l'Ep 1, 2, 3, 4 ici et voir comment ces enfants peuvent être fusionnés avec les autres pour laisser ces bâtiments libres et permettre à la Direction des Infrastructures Scolaires, parce qu'elle nous aide à travailler directement avec le frais de fonctionnement, d’intervenir rapidement pour réhabiliter cette école et permettre les enfants des policiers et militaires d'étudier dans de bonnes conditions ».

Et ce, avant de renchérir en ces termes : « A l'EP 1, 2, 3 et 4, on a de sérieux problèmes, avec des eaux qui traînent encore dans la cour et cela paralyse les activités scolaires. Un individu s'est permis de construire sur les caniveaux empêchant ainsi l'écoulement des eaux et la conséquence est que l'eau stagne dans la cour. De ce fait, nous avons demandé au commandant, chef du Camp d'intervenir pour qu'une solution soit trouvée ».

Dans la suite, Tony Mwaba a interpellé le comportement des responsables de ces écoles qui n'arrivent jamais à entretenir leurs bâtiments, bien que percevant tous les mois les frais de fonctionnement. Sur-le-champ, le ministre a ordonné à l'Inspection générale du ministère d'initier une enquête sur l'affectation des frais fonctionnement que perçoivent ces gestionnaires des écoles.

Après les écoles primaires du Camp Lufungula, le ministre Tony Mwaba Kazadi s'est rendu à l'Ecole Force navale située au quartier Kingabwa, commune Limete.

Après une visite guidée, le ministre et sa délégation se sont rendu compte que cette école n'existe pas. Elle n'a pas d'arrêté de sa création et faisait partie de ce que l'on a appelé : « La Coordination des Écoles militaires  ».

Sur place, le ministre Mwaba a décidé de prendre l'acte juridique de création de cette école. Il a du même coup demandé à l'équipe de l'Inspection scolaire d'identifier les enseignants qui devront être pris en charge. Les responsables du camp ont présenté au ministre un site choisi pour la construction d'un nouveau bâtiment devant abriter cette école dont le nom serait « Institut et École Primaire Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ».

Il convient de noter que c’est sur instruction du chef de l'État que le ministre Mwaba est descendu dans l’arène. Car, au-delà de la gratuité de l'enseignement primaire, le chef de l’Etat veut que tous les enfants des militaires et policiers qui sont dans les camps étudient aussi dans de bonnes conditions comme les autres enfants congolais.

Le ministre a informé les autorités du camp présent que ces visites vont se poursuive pour répondre favorablement à la volonté du chef de l'État, celle de voir tous les camps militaires et de policiers dotés d’écoles modernes, afin de pérenniser et consolider la gratuité de l'enseignement qui est son programme phare dans le secteur du social.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaires (0)

  • Agustin Ortiz
    hace 20 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?
  • Lorena Rojero
    hace 10 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?