sonas

RDC-Rwanda : La passe d'armes Fatshi-Kagame promet d'être fertile en diatribes !

facebook twitter linkedin whatsapp

Entre Félix-Antoine Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo et son homologue du Rwanda, Paul Kagame, c'est le seul aux couteaux. On ne met plus de gants.

Toutes les occasions sont bonnes pour Paul Kagame et Félix-Antoine Tshisekedi de se lancer des flèches mouchetées.

Le président rwandais était le premier à allumer la mèche. C’était mercredi dernier devant les parlementaires de son pays. Paul Kagame avait alors laissé croire que Felix-Antoine Tshisekedi n’avait pas gagné la présidentielle de décembre 2018 et il s’organiserait à repousser celle prévue en 2023. Il avait aussi vanter son expérience dans des conflits armés comme un défi lancé à son homologue qui l’accuse de soutenir la rébellion du M23.

Réponse du berger à la bergère, Félix-Antoine Tshisekedi a saisi l’occasion d’un dîner avec des jeunes Congolais triés sur le volet pour répliquer. Et pour le dirigeant congolais, Paul Kagame est le « genre de dirigeants rétrogrades qui ramènent des méthodes des années 1960-1970 alors qu’en Afrique, nous étions tombés d’accord de taire la guerre ».

« Il [Kagame] s’en orgueillit d’être un faiseur des guerres. Moi à sa place, j’aurais honte d’assumer le fait qu’on sème la mort et la désolation. Je me cacherai. C’est honteux. Je dirais même diabolique », a lancé Félix Tshisekedi.

Le chef de l’État congolais a appelé les jeunes à ne pas considérer les Rwandais comme des ennemis. Mais plutôt « le régime rwandais et Paul Kagame à sa tête qui est l’ennemi de la RDC».

« Nos frères et sœurs Rwandais ont d’ailleurs besoin de notre aide parce qu’ils sont muselés. Ça n’a rien à voir avec ce que leurs dirigeants sont en train de leur imposer, précise le président congolais. Il faut les regarder comme nos frères qui ont besoin de notre solidarité pour se débarrasser et débarrasser l’Afrique de ce genre de dirigeants rétrogrades »

Entre les deux présidents, il n’y a donc plus de filtre dans leur langage. L’on est bien loin des considérations d’un frère, « partenaire crédible et fiable ».

Seulement, les observateurs poussent leur curiosité un peu plus loin et constatent que le chef de l'État congolais n'a répondu qu'à certaines accusations de Paul Kagame.

S'agissant de la démocratie et des libertés individuelles et collectives, Fatshi a eu des mots justes pour réserver une réplique proportionnelle au sanguinaire et tortionnaire Kagame.

Mais pour ce qui est de la donne élections passées et à venir superbement zappée par Fatshi, certaines langues donnent raison au maître de Kigali. En 2018, Kagame était président en exercice de l'UA. C'est certainement en connaissance de cause qu'il en parle aujourd'hui, bien en retard, bien sûr. Et nous Congolais, on se moque éperdument de ce revirement tardif. Le mal est déjà fait, qu'il nous foute la paix. de toute façon, la RDC n'est pas le Rwanda, que Kagame n'a qu'à s'occuper de ses oignons. Les Congolais régleront leurs problèmes sans ingérence aucune, fût-elle de Paul Kagame.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaires (0)

  • Agustin Ortiz
    hace 20 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?
  • Lorena Rojero
    hace 10 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?