sonas

Assemblée nationale : Christelle Vuanga propose la loi portant protection des drépanocytaires

facebook twitter linkedin whatsapp

La députée nationale, Christelle Vuanga, élue de la Funa dans la ville de Kinshasa, a déposé, ce jeudi 15 décembre 2022 au bureau de l’Assemblée nationale, peu avant la clôture de la session ordinaire de septembre, une proposition de la loi portant prévention et protection des personnes drépanocytaires.

Après le dépôt de son initiative parlementaire, l’élue de la Funa s’est exprimée en ces mots : « Nous avons déposé une proposition de loi portant prévention et protection des personnes atteintes de la drépanocytose, c’est-à-dire les drépanocytaires ».

Cette loi porte sur deux mots prévention et protection. Prévention parce que la RDC est 3è pays affecté mondialement et 2è Etat africain, après le Nigeria, ce qui laisse entendre que le pays compte un nombre important des drépanocytaires, mais il n’existe pas des décisions spécifiques et de vraies politiques étatiques pour essayer de prévenir cette pathologie génétique. En ce qui concerne la protection, sur base du droit comparé, notamment avec les maladies telles le Vih, on se rend compte que les personnes atteintes sont protégées, ont des droits spécifiques, ne peuvent pas être licenciées abusivement du fait de l’état sérologique, reçoivent des ARV gratuits alors que les drépanocytaires ne reçoivent rien. Il y a pourtant un médicament qui soulage les maux du drépanocytaire, c’est l’hydréa, qui est administré gratuit en Angola, par exemple.

Dans le cadre de cette loi, l’élue de la Funa propose, entre autres pistes, administrer gratuitement ce médicament, ou l’administrer gratuitement pour les enfants âgés de 0 à 10 ans, des femmes enceintes et personnes de troisième âge.

Selon Christelle Vuanga, les fonds pour la prise en charge de cette pathologie devaient provenir d’une taxe à instituer sur les jeux de pari (PMU, Parifoot, X-bet loto…). Du côté des charlatans qui font la promotion de leurs thérapies dans les médias, sous prétexte qu’ils guérissent totalement la drépanocytose, alors qu’il s’agit d’une maladie génétique, donc incurable, il est prévu un prélèvement. La loi prévoit certaines dispositions pénales. Il en est de même de la personne qui répudie sa femme à la suite de la naissance d’un enfant drépanocytaire, ainsi que la stigmatisation ou la discrimination de cette catégorie de personnes.

Elle formule le vœu de voir ses collègues travailler à l’enrichissement de cette loi.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaires (0)

  • Agustin Ortiz
    hace 20 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?
  • Lorena Rojero
    hace 10 minutos
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit omnis animi et iure laudantium vitae, praesentium optio, sapiente distinctio illo?